30 Rue Blondel, 75002 Paris +336 40 21 34 80

ITW CLIENT : Comment la Biennale Internationale du Design de Saint-Étienne gamifie sa collecte de données avec GuestViews ?

Biennale

Cloé HOSPITAL, Chargée de mission forum et innovation – Biennale Internationale du Design et Chargée de coordination logistique et technique des Assises du Design, nous explique comment les livres d’or digitaux GuestViews misent sur le jeu pour enrichir ses bases de contacts qualifiées et évaluer le rapport de ses publics au Design.

SI VOUS DEVIEZ PRÉSENTER LA BIENNALE INTERNATIONALE DU DESIGN DE SAINT-ETIENNE ET VOTRE RÔLE DANS CET ÉVÉNEMENT…

Je suis chargée de mission pour la Biennale Internationale du Design de Saint-Étienne, qui organisait cette année sa 11e édition. La Biennale est un événement à destination du grand public mais également des étudiants et professionnels, qu’ils soient designers ou non. Notre objectif est de faire comprendre au grand public ce qu’est le design, son savoir-faire, son écosystème… et que cela ne concerne pas uniquement l’art !
Pour l’événement, Saint-Etienne est divisé en plusieurs espaces, dont la « manufacture ». Ma mission principale était de coordonner les événements professionnels qui ont eu lieu dans la Platine. Cet événement est la vitrine de la Cité du design et de l’Ecole Supérieur d’Art et de Design de Saint-Etienne : c’est l’occasion de montrer ce que l’on sait faire et ce que l’on fait toute l’année, enseigner, diffuser et accompagner.

AVANT GUESTVIEWS, C’ÉTAIT COMMENT ?

Nous avions mis en place une boîte dans laquelle les visiteurs pouvaient laisser un mot, mais il était compliqué d’exploiter ces informations. Parfois, nous allions directement au contact des gens. L’un dans l’autre, nous perdions beaucoup de temps.
Nous n’avions donc pas de réel outil de collecte de données : cette année était une vraie première ! Une solution comme GuestViews rend la collecte bien plus simple, autonome et rapide. Cela nous a permis d’être plus actifs, plus efficaces, et de récolter très rapidement des profils, contacts et témoignages. De plus, l’orientation du commentaire libre était très pertinente et nous a permis d’avoir des retours très intéressants.

QUELS SONT LES BESOINS INITIAUX QUI ONT MOTIVÉ LE RECOURS À LA SOLUTION GUESTVIEWS ?

Toute l’année, nous avons différents services que nous proposons à diverses collectivités et entreprises, pour les accompagner dans leur démarche design. Ces produits nécessitent que l’on fasse appel à des panels de personnes afin de tester, sonder, vérifier que l’usage et la demande existent bel et bien. Nous avions souvent du mal à renouveler ces panels et à trouver des personnes qui répondent aux critères recherchés. Nous voulions profiter de la Biennale pour proposer aux visiteurs d’intégrer nos panels afin d’être ensuite recontactés pour des actions et événements futurs. Avec GuestViews, nous avons eu beaucoup de retours très positifs : un demi-millier de nouveaux profils ont été récoltés.
Nous avions également besoin de comprendre quelles connaissances avaient les visiteurs du monde du design. Cela nous permet de voir les éléments qui sont déjà bien ancrés dans les esprits, et ceux qui nécessitent plus de travail d’un point de vue pédagogique.

EST-CE QUE LES VISITEURS ONT BIEN JOUÉ LE JEU ? COMMENT L’EXPLIQUEZ-VOUS ?

Nous avons eu beaucoup de participation ! Pour inciter les visiteurs à participer tout en les encourageants à être attentifs à la visite, nous avons intégré au livre d’or un jeu concours baptisé « Ticket Graal ». Chaque semaine, nous proposions un quizz de trois questions autour du design aux visiteurs. Nous tirions ensuite un gagnant au sort parmi les utilisateurs qui avaient renseigné les bonnes réponses… Par ailleurs, le numérique permet de capter plus facilement l’attention. Les visiteurs passent devant les tablettes et se demandent ce que c’est, voient la signalétique, et participent assez naturellement.

SELON VOUS, L’ÉVÉNEMENTIEL EST DONC BIEN COMPATIBLE AVEC DES DISPOSITIFS NUMÉRIQUES COMME GUESTVIEWS ?

Effectivement ! Cela s’est très bien passé pour nous. Le service client était très réactif et pédagogue, de la mise en place du dispositif à sa désinstallation à la fin de l’événement. La mise en place d’un outil numérique nous apparaissait comme un challenge, dans le sens où qui dit numérique dit souvent bug. Or dans l’événementiel, on n’a pas le droit à l’erreur ni à la perte de temps : c’est particulièrement précieux d’avoir une solution fiable et un chargé de compte très réactif ! Nous avons pris un risque et nous avons bien fait, car la solution n’a pas connu un seul bug en cinq semaines.

POUR LA PROCHAINE BIENNALE, QUELS SERAIENT VOS SOUHAITS ?

Cette année était un premier essai pour nous, et nous avions des délais très courts qui nous ont fait déployer le dispositif dans sa version “basique”. Une prochaine fois, il pourrait être intéressant d’exploiter la dimension omnicanal de la solution, en plus des livres d’or sur bornes. Nous pourrions installer de la signalétique dans les autres lieux de la Biennale pour inviter les visiteurs à retrouver le livre d’or également sur leur mobile, afin de toucher un maximum d’utilisateurs. Nous pourrions aussi collecter des informations à travers une enquête GuestViews par email, à froid.

04 juillet 2019

Tweets

Plus